« On se désole : Rocambole est dans une malle au fond de l’eau ! »

vaguelette rouge

publié le 4 juillet 2022

Catégorie : Les coulisses du livre audio

Le comédien Philippe Caulier est un habitué des lectures de livres audio chez VOolume.
Il a dernièrement lu Au Commencement était le sexe de Cacilda Jetha et Christopher Ryan ainsi que Sissi impératrice d’Autriche de Jean des Cars. Féru de romans d'aventures, c'est lui qui est l’instigateur de l’édition des "Aventures de Rocambole" en format audio chez VOolume. Il en est donc tout naturellement le lecteur. La sortie du premier tome des Aventures de Rocambole, L'Héritage mystérieux, est prévu pour le 25 juillet. La parution des 6 tomes suivants va s’échelonner jusqu'au début de 2023.
Il a répondu à cette occasion à quelques-unes de nos questions sur Rocambole et l’exercice de la lecture à voix haute.

Photo de Philippe Caulier en studio pendant l'enregistrement du tome 1 de Rocambole
Philippe Caulier enregistre Rocambole.
  1. Comment vous est venue l’idée, en tant que comédien, de devenir lecteur de livres audio ?
  2. Qu’est-ce qui vous plaît dans ce type de littérature, qui n’est pas toujours passée à la postérité comme une littérature dite « de qualité » ? 
  3. Comment vous êtes-vous préparé pour la lecture de Rocambole ?
  4. Quel est le personnage auquel il a été le plus difficile de donner « une voix » ?

Le livre audio est encore peu répandu en France. Comment vous est venue l’idée, en tant que comédien, de devenir lecteur de livres audio ?

Le livre a toujours été important dans mon existence. Avant le jeu, il y a eu la lecture. Entre la lecture et la lecture à voix haute, il y a eu le jeu. Il y a dans la lecture une concentration qui va bien aux timides. C’est à l’intérieur que l’on reconstitue l’univers de la chose écrite, avant de le restituer par la voix. Quand Alice, la gérante des éditions VOolume, m’a contacté par le biais d’une amie comédienne, j’étais ravi. Donner voix à un texte, c'est une aventure. J'ai parlé à Alice de Rocambole ; elle l'a lu et a dit : banco pour Rocambole avec l'aide du CNL.

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce type de littérature, qui n’est pas toujours passée à la postérité comme une littérature dite « de qualité » ? 

Cette littérature dite « populaire » est parfaite pour les amateurs d'action.
Ponson du Terrail, a été l'auteur le plus lu des années 1850-60. Il est mort en 1871, à Bordeaux d'ailleurs ! [NDLR, où sont installés les Éditions VOolume]
Vous aimez Dumas, vous aimerez Ponson ! Par rapport à Dumas, les contrastes sont plus forts chez Ponson, plus aigus. Moins de couleurs, mais plus marquées. Le bien, le mal. Mais ce manichéisme lui permet de faire ce que j'ai très peu vu ailleurs : changer l'éclairage sur un personnage. Imaginez Milady (des Trois Mousquetaires) qui lutterait au côté de d'Artagnan dans Vingt ans après ! Ponson du Terrail se permet cette chose-là.
On l'a beaucoup raillé, souvent à tort, sur la rapidité de son écriture. Il avance au pas de course, c'est vrai, mais avec invention. Le jour où il décide de tuer Rocambole, pour obtenir du journal qui publie le feuilleton une augmentation, on se désole : Rocambole est dans une malle au fond de l'eau ! L'augmentation obtenue, tout le monde se demande ce que Ponson va faire : pas de problème, il enchaîne tout simplement « Après être sorti de la malle, Rocambole, etc. » !

Comment vous êtes-vous préparé pour la lecture de Rocambole ?

Ce n'est pas compliqué ! Se préparer pour un enregistrement, c'est s'imprégner de la couleur de l'écriture, de son rythme, des grandes masses, et du style. Là, les rôles de l'éditrice et de l'ingénieur du son sont capitaux. Avant et pendant. Avec l'éditrice, on définit en amont les détails du passage de l'écrit à l'oral (notes, prononciations, remerciements), mais aussi le style de voix de la narration, des personnages notamment. Avec l'ingénieur du son, c'est l'échange sur ce qui est en train de se faire : c'est lui qui vérifie que la voix va dans la bonne direction, car c'est lui qui devra gérer la post-production.

Quel est le personnage auquel il a été le plus difficile de donner « une voix » ?

Sur Rocambole, je n'ai pas rencontré de difficulté particulière sur un personnage. Il peut y avoir de légères variations d'un chapitre à un autre, mais le plus important, c'est que dans chaque séquence, la différence de caractère entre les personnages soit suffisamment marquée. Pour que l'audiolecteur puisse plonger dans l'action sans se poser de la question de "Qui est qui ?". Et bien sûr, qu'il soit tenu en haleine, et ai hâte de découvrir la suite.

Vous aimerez aussi :

Retour sur le VOX FESTIVAL : « J’adore lire, je lis tout le temps et je lis aussi à mon entourage »

L'interview de l'auteur Peter Modler

L'interview de Stéphanie Moussu pour la sortie de Sois un homme ma fille

À lire aussi

Tous les articles
4 juillet 2022

"J'adore lire, je lis tout le temps et je lis aussi à mon entourage"

En novembre 2021 avait lieu la première édition de Vox, le festival du livre audio et de la lecture à voix haute. Celui-ci s'est tenu, en [...]

4 juillet 2022

« Ces femmes étaient d’une telle politesse impuissante, c’était affreux ! »

Peter Modler, vous avez écrit un livre sur « Le Principe de l’arrogance » qui s’est vendu à plus de 100 000 exemplaires en Allemagne et [...]

4 juillet 2022

« J’ai tenté de communiquer une énergie à la fois jeune et virile. »

Stéphanie Moussu nous raconte comment elle a interprété la voix féminine et masculine du même personnage.