L’auteur de la trilogie fantastique « Le Seuil », J.L. Sivert : « J’ai pris ça comme un défi »…

J.L. Sivert revient sur l’écriture de sa trilogie Le Seuil et explique les raisons qui l’ont conduit à créer un livre audio chez les éditions VOolume.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous lancer dans l’écriture ?

Combien de temps cela vous a-t-il pris ?

Comment avez-vous fait pour gérer en parallèle votre travail et l’écriture ?

Pourquoi enregistrer ce récit sous format audio ?

Comment choisir la voix du narrateur ?

Qu’avez-vous pensé de cette expérience éditoriale ?

Quels conseils aux autres auteurs auto-édités qui souhaiteraient se lancer dans le livre audio ?

Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous lancer dans l’écriture de votre roman « Le Seuil (Livre 1) – La Voie de l’eau » ?

J’ai toujours cherché un moyen d’exprimer mon imagination sans jamais trouver le médium qui me convenait. L’histoire en elle-même trottait déjà dans ma tête depuis que j’en avais défini les grandes lignes comme un moyen de me divertir pendant que je retapais ma future maison, mais le fait d’oser le coucher sur papier provient en fait de ma compagne. Un peu lassée de m’entendre me plaindre de plusieurs trilogies prometteuses, mais, au final, décevantes, ma compagne avait fini par me dire :

— Si tu n’es pas content, tu n’as qu’à écrire un livre toi-même ?!

J’ai pris ça comme un défi…

Combien de temps cela vous a-t-il pris ?

Un peu moins d’un an. Étant donné qu’il s’agissait de ma toute première tentative d’écrire une histoire, tout était à apprendre. Comment structurer une histoire, les règles inhérentes à un récit ( les dialogues entre personnages, concordance des temps…), mais aussi le fonctionnement du traitement de texte et des correcteurs orthographiques. Une fois le mot « fin » écrit, de nombreuses semaines ont encore été nécessaires pour comprendre comment auto-éditer correctement mon récit. Un bon moment, donc. La bonne nouvelle étant que ce temps se réduit à chaque nouveau livre.

Comment avez-vous fait pour gérer en parallèle votre travail et l’écriture ?

En considérant l’écriture comme un loisir même si, j’ai la chance que ce loisir génère un revenu. En pratique, j’ai réduit mon temps de télévision et de jeux vidéo au strict minimum pour me consacrer à l’écriture sans que cela empiète sur mon travail ou mon temps familial. J’ai également la chance d’avoir ma compagne qui me soutient à 100% dans le projet si je dois donner un coup de boost certains jours.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’enregistrer ce récit sous format audio ?

J’écoute des audiobooks pendant mes séances de sport ou mes déplacements professionnels depuis quelques années et je dois régulièrement recourir au marché anglais, car le français reste peu développé en comparaison. Je me suis dit qu’il y avait une occasion à saisir et j’ai décidé de réinvestir une partie de mes bénéfices de cette nouvelle aventure. J’espère que l’avenir me donnera raison sur ce choix.

Comment avez-vous procédé pour choisir la voix du narrateur ?

Ce fut très facile. À la seconde où ma compagne et moi avons entendu la voix de Loïc Richard, parmi les trois proposées dans le premier casting, nous savions que c’était lui que nous voulions pour le récit.  Pour être certains de notre choix, nous avons posé la question dans une story Instagram qui a confirmé notre première impression. Le résultat a dépassé toutes nos espérances. 

Qu’avez-vous pensé de cette expérience éditoriale ?

D’une extrême facilité. Un éditeur simplifie tout le processus et, les étapes à effectuer de mon côté m’étaient déjà familières de par mon parcours sur les livres papier et numérique. Le professionnalisme et la sympathie des équipes de VOolume ont fait le reste. En seulement quelques réunions et un peu de travail sur le manuscrit pour l’adapter tout était prêt sans aucune anicroche à déclarer. Réellement un vrai plaisir.

Que pouvez-vous donner comme conseils aux autres auteurs auto-édités qui souhaiteraient se lancer dans le livre audio ?

Dépêchez-vous de le faire avant que le marché ne soit saturé ! Vite ! Plus sérieusement, si vous avez les fonds nécessaires à consacrer à la réalisation d’un audiobook alors n’hésitez pas. C’est bien plus simple à mettre en œuvre que ce que vous aurez déjà accompli et voir son livre prendre vie sous la voix d’un conteur va rester l’un des grands moments de ma vie d’auteur.

Vous pourriez aussi être intéressé par :

Interview de Loïc Richard

L’expérience de l’auteur Marc Lebreton

Faire un livre audio : combien ça coûte, combien ça rapporte ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *